Aller au contenu principal
Votre navigateur est obsolète. En conséquence, ce site sera consultable mais de manière moins optimale qu'avec un navigateur récent.
> Mettre à jour son navigateur maintenant.

Notre salle de concert ne rouvrira pas cette rentrée

Point de situation

Publié le 03/09/2020

Nous espérions vous retrouver en cette rentrée pour des concerts dans la salle des 4Ecluses, pour partager des instants de fête, de communion et de légèreté. Cependant, deux freins majeurs se dressent face à nous et nous obligent à annuler la programmation de concerts dans la salle de septembre à décembre...

D'abord, les chiffres de ce satané Covid qui continue de brûler nos ailes. Qu'on le veuille ou non, il n'est ni décent ni raisonnable de faire la fête avec cette insouciance que nous chérissons. En toute responsabilité, même si nous pouvions vous recevoir, nous ferions le choix de vous savoir bien accueillis, dans des conditions de sécurité tentant au maximum de garantir que personne, côté public comme organisation, ne participe à la transmission du virus. Et ces conditions, elles sont applicables pour certains types d'évènements que nous allons vous proposer, mais pas pour ces concerts debout qui nous manquent tant.

Ensuite, malgré beaucoup de travail et de mobilisation, le gouvernement est resté sourd et muet aux demandes de notre profession sur la re-ouverture des salles en configuration debout. Nous sommes professionnels et responsables, notre position a toujours été claire : conscients que le spectacle vivant est un besoin vital pour une population, surtout en contexte de crise, nous réclamons d'être autorisés à reprendre nos activités en appliquant les mesures nécessaires pour les poursuivre en toute sécurité. Depuis quelques années, nous avons su nous adapter pour prendre en compte les risques auditifs inhérents à nos métiers pour protéger nos publics. Nous avons su également faire face à la prise en compte d'une nouvelle donne sécuritaire, mettant en œuvre les mesures permettant d'organiser et de gérer des rassemblements dans un contexte terroriste.

Aujourd'hui, la menace est différente, et en bons professionnels, nous nous sentons en capacité de faire avec, d'adapter nos façons de faire pour renouer avec la fête dans de bonnes conditions techniques et sanitaires, afin que cette dernière ne se fasse pas ailleurs et n'importe comment, comme nous avons pu le voir ces dernières semaines.

Le gouvernement à ces jours-ci enfin entendu notre profession, mais la réponse se concentre sur des aides financières (nécessaires et bienvenues) et non sur la reprise. Le décret (du 31 mai 2020 - Art. 45) nous interdisant de vous accueillir en salle en position debout reste d'actualité et aucune date de reprise n'est envisagée. Ce n'est pas entendable au regard des discours de relance et de ré-ouverture affichés dans les médias, et au regard des efforts et concessions faits pour d'autres secteurs d'activités, mais nous ne pouvons qu'en prendre acte.

Derrière la fermeture de salles de concerts comme la nôtre et l'absence de visibilité, c'est toute une filière qui s'effondre. Les prestataires, partenaires, producteurs, techniciens et artistes sont à l'arrêt, les entreprises, dont beaucoup de TPE passionnées commencent à mettre la clef sous la porte. Nous ne pouvons qu'afficher notre très grande inquiétude pour la suite, même si la perspective d'aides financières pour le secteur nous donne une lueur d'espoir. Mais lorsque l'heure de la reprise sonnera, un pan important de notre écosystème sera affaibli ou aura disparu.

Pour parler de notre seul exemple, une salle de concert comme celle des 4 Ecluses (280 places), c'est 358 fournisseurs à l'année, dont 70 % sont des entreprises régionales. 500K€ de dépenses (hôtels, restaurants, communication...) sur le territoire régional, dont plus de la moitié au sein de la Communauté Urbaine de Dunkerque (CUD). A ces dépenses, s'ajoutent celles de nos spectateurs dans les commerces de la CUD lors de leur venue à nos concerts, 166K€ par saison.

Bref, la Culture, ce n'est pas du superflu, c'est aussi une économie, des entreprises et des êtres humains. Aujourd'hui, nous sommes en souffrance, souffrance redoublée par le manque de perspective pour un large pan de notre activité courante.

FAIRE QUAND MÊME

Cependant, notre équipe met son énergie au service d'une envie folle de contourner la contrainte.

Certains volets de notre activité ont repris : nous accueillons des musiciens en répétition et en enregistrement dans nos studios, nous accueillons des équipes techniques et artistiques pour des temps de résidence de travail scénique, nous maintenons tant que possible les projets d'action autour de la musique en lien avec nos partenaires sociaux ou scolaires, nos actions en faveur du développement durable, etc.

Quant aux concerts, nous avons inventé de nouvelles formes cet été, et travaillons sur de nouvelles propositions pour l'automne et l'hiver. Ce sera différent, mais c'est l'occasion de tenter de nouvelles choses, et de vous retrouver autour de ce qui nous fait vibrer ensemble depuis tant d'années.

Même si nous demeurons fermés, nous n'avons jamais été aussi ouverts.

Partager