Aller au contenu principal
Votre navigateur est obsolète. En conséquence, ce site sera consultable mais de manière moins optimale qu'avec un navigateur récent.
> Mettre à jour son navigateur maintenant.

Fire Wheel dévoile «Ashes» son dernier clip

Publié le 13/04/2020

Tourné dans les ruines d’un ancien hangar industriel, « Ashes » évoque la fin d'un monde et la renaissance d'un nouveau. Extrait de son premier album Ignited, Fire Wheel livre un clip en noir et blanc aux allures apocalyptiques. Ça mérite bien un petit entretien...

 

 

Où avez-vous tourné le clip ?

Fire Wheel : Nous avons tourné le clip à Calais dans un lieu abandonné devenu un squat pour les tagueurs et où se trouve une ancienne maison délabrée et en ruine. Le tournage s'est déroulé en une seule journée grâce à l'aide de Thibo et Underwill. Pour le montage, on s'est tourné vers Aimane Jaone Studio (qui avais déjà réalisé le lyrics video de Ignited).

Y a t-il un lien avec le fait de dévoiler ce clip avec la période de crise sanitaire que nous traversons actuellement ?

Fire Wheel : Il n'y en a aucun. Le clip a été tourné en décembre, nous n'aurions pas pu prévoir ce qui est en train de se passer. La décision de diffuser le clip s'est faite simplement quand nous avons reçu la version finale de la vidéo.

Quelles ont été vos sources d’inspiration pour le clip ?

Fire Wheel : C'est surtout quand nous avons trouvé les lieux du tournage que les idées du clip nous sont venues. Au départ on voulait tourner uniquement dans la maison abandonnée mais Thibo (le cadreur) a eu des belles idées de plans donc on a foncé et ça marche d'enfer ! Nous voulions un clip en noir et blanc pour faire écho à notre musique qui est très froide et au titre du morceau « Ashes », qui veut dire cendre en anlais.

Plus largement, quelles sont les sources d’inspiration de votre album ?

Fire Wheel : Nous avons composé l'album de fin 2016 à fin 2018. À l'époque on s'est servi des influences de chacun. Lamb Of God se ressent énormément dans les morceaux « Ignited » et « Laying On A Bed ». Ça reste notre plus grande influence aux côtés de Gojira qu'on ressent davantage dans « Ashes ». Le reste vient d'influences assez variées comme des touches black à la Dissection ou Emperor. Une batterie bien carrée et efficace à la RV de Black Bomb A et des pointes plus techniques comme Mario Duplantier ou Gavin Harrison. Tout le monde peut trouver son compte dans l'album, on a même remarqué qu'il est facile d'accès aux plus néophytes des auditeurs de rock. Le tout donne un album très hétéroclite car il est le fruit de deux ans de recherche sur notre identité musicale.

 

Fire Wheel, groupe soutenu en 2020 par Les 4Ecluses et de la plateforme JMACO à travers le dispositif d'accompagnement "Triple A" pour l'Accompagnement des Artistes Amateurs.

Partager